Conclusion

©Mathieu Belleville-Douelle – http://mbellevilledouelle.fr – Mars 2014

La recherche documentaire est souvent conçue comme une activité annexe alors que son intégration au cours permet de stimuler les élèves en donnant du sens aux apprentissages. Les occasions de la pratiquer sont nombreuses: exposés, correspondance scolaire, épreuve d’histoire des arts…

Les programmes officiels invitent d’ailleurs les enseignants à y recourir. Cependant, elle peut se révéler décevante si on présume des capacités réelles des élèves. Comme toute activité scolaire, elle nécessite un apprentissage et donc l’élaboration d’une progression annuelle, en collaboration avec le professeur documentaliste, voire l’ensemble de l’équipe pédagogique.

Elle est parfois délaissée par les enseignants car ils jugent cette activité chronophage et craignent que son apprentissage ne se fasse au détriment de celui des connaissances disciplinaires. Or, il convient de mettre la recherche au service de ces acquisitions et parallèlement de relier des activités déjà pratiquées en classe à cet apprentissage.

Enfin, il s’agit d’une tâche complexe qui permet de travailler les compétences de lecture, d’écriture, d’oral, d’autonomie et de maîtrise des nouvelles technologies. Sa pratique régulière favorise une évaluation formative et objective des acquisitions des élèves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

"No hay camino, se hace camino al andar."