Célestin Freinet et sa pédagogie

Célestin Freinet est un pédagogue de la première moitié du XX° siècle. Avec son épouse, Elise, il mit en place de nouvelles méthodes d’enseignement et créa sa propre école à Vence.

France culture

L’école moderne de Célestin Freinet en 1958

Né dans un milieu paysan, Freinet réalisa rapidement que les méthodes traditionnelles d’enseignement, sous la IIIème République, avaient été créées par et pour la classe bourgeoise. Elles étaient donc, selon lui, inadaptées à l’éducation de masse qui devait également s’adresser aux enfants du prolétariat pour leur offrir une émancipation politique et citoyenne.

Ce constat fut bien sûr influencé par ses convictions marxistes mais aussi par le postulat que le milieu dans lequel évolue l’enfant conditionne en partie son éducation.

Or, pour Freinet, l’enseignant doit motiver le travail afin que chaque enfant puisse exploiter ses propres capacités et ressources.

Les invariants pédagogiques

Célestin Freinet a défini des principes qui fondent sa philosophie pédagogique. Il les nomme « invariants ».

  • Invariant n°1 L’enfant est de la même nature que l’adulte.
  • Invariant n° 4 Nul – l’enfant pas plus que l’adulte – n’aime être commandé d’autorité.
  • Invariant n° 5 Nul n’aime s’aligner, parce que s’aligner, c’est obéir passivement à un ordre extérieur.
  • Invariant n° 6 Nul n’aime se voir contraint à faire un certain travail, même si ce travail ne lui déplaît pas particulièrement. C’est la contrainte qui est paralysante.
  • Invariant n° 8 Nul n’aime tourner à vide, agir en robot, c’est-à-dire faire des actes, se plier à des pensées qui sont inscrites dans des mécaniques auxquelles il ne participe pas.
  • Invariant n°10 bis Tout individu veut réussir. L’échec est inhibiteur, destructeur de l’allant et de l’enthousiasme.
  • Invariant n°10 ter Ce n’est pas le jeu qui est naturel à l’enfant, mais le travail.
  • Invariant n° 11 La voie normale de l’acquisition n’est nullement l’observation, l’explication et la démonstration, processus essentiel de l’Ecole, mais le Tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle.
  • Invariant n° 22 L’ordre et la discipline sont nécessaires en classe.
  • Invariant n° 27 On prépare la démocratie de demain par la démocratie à l’Ecole. Un régime autoritaire à l’Ecole ne saurait être formateur de citoyens démocrates.
  • Invariant n° 28 On ne peut éduquer que dans la dignité. Respecter les enfants, ceux-ci devant respecter leurs maîtres est une des premières conditions de la rénovation de l’Ecole.

La pédagogie Freinet

La pédagogie Freinet est une pédagogie active qui s’appuie sur :

  • l’idée d’une classe-atelier
  • la correspondance interscolaire
  • l’imprimerie
  • la publication de journaux
  • la rédaction de textes libres
  • le tâtonnement expérimental
  • le travail de groupe.

Les élèves doivent être confrontés à des problèmes scientifiques complexes qui naissent de l’observation de leur milieu environnant.

Le savoir est acquis par les élèves non parce que les programmes l’exigent mais parce qu’ils en ont besoin pour rédiger leurs textes et mener à bien leurs projets techniques, scientifiques ou mathématiques. Il devient source d’intérêt pour l’élève dans la mesure où il s’inscrit dans le concret et construit un savoir-faire. Les réalisations des élèves sont d’ailleurs amenées à sortir de la classe pour être diffusées, publiées ou exposées.

Les activités proposées par l’enseignant ne sont pas ludiques mais sérieuses. Elles responsabilisent l’élève afin qu’il ne soit pas tenté de s’extraire du travail pour se réfugier dans le jeu.

Les élèves ne suivent pas aveuglément la progression annuelle de l’enseignant mais un plan de travail visant un objectif prédéfini.

Les éventuels problèmes de discipline sont désamorcés par une organisation rigoureuse du travail.

Selon le principe de la pédagogie institutionnelle, la vie dans une école Freinet est soumise à des règles qu’il convient de respecter. Mais ces « lois » ne sont pas arbitraires et incompréhensibles.

On peut d’ailleurs en discuter lors des conseils de classe coopératifs mais aussi lors du « quoi de neuf ? », moment d’expression libre dont disposent les élèves le matin avant de se mettre au travail.

L’héritage de Freinet

Ces concepts, peu à peu reconnus, se sont diffusés au sein du système scolaire comme en témoignent les démarches actives et inductives, l’évaluation par compétences, mais aussi l’utilisation à l’école des blogs ou du microblogage (Twitter par exemple).

A partir du Front Populaire, ces méthodes pédagogiques ont également influencées le scoutisme et les techniques d’animation des centres de loisirs.

On trouve désormais, au sein de l’Education Nationale, plusieurs écoles Freinet maternelles et primaires réparties sur le territoire. Cependant, dans le secondaire, les initiatives sont plus diffuses. Peu d’établissements ont entrepris d’ouvrir une classe Freinet. Certains enseignants se lancent donc plus ou moins seuls dans leurs équipes pédagogiques. Cela s’explique par un attachement des enseignants du secondaire à leur discipline de spécialité et une méfiance à l’égard de l’interdisciplinarité, qui est souvent perçue comme la porte ouverte sur la bivalence.

Le travail de coopération des enseignants pour faire évoluer la pédagogie Freinet continue de nos jours, notamment au sein de l’ICEM (« Institut Coopératif de l’Ecole Moderne »)

Les pédagogies nouvelles, institutionnelles et Freinet servent de base et sont adaptées dans les E.P.L.E. expérimentaux ou autogérés.

Découvrez les classes coopératives

10 idées pour créer une classe coopérative

Organisez le travail de groupe

Ceintures de compétences en français