Quels wikis utiliser pour la recherche documentaire au collège ?

La recherche documentaire, dans l’esprit des élèves, est de plus en plus souvent synonyme de « recherche sur wikipedia ». Certains enseignants continuent de lutter contre ce réflexe mais on peut aussi décider d’accompagner nos élèves en leur donnant des clés qui leur permettront d’utiliser au mieux cet outil d’information.

On veillera bien sûr à proposer aux élèves d’autres sources d’information et à insister sur la richesse et les qualités de celles-ci.

Cependant, refusons l’hypocrisie et n’essayons pas de passer pour des dinosaures que nous ne sommes pas. Comme nos élèves, nous avons bien souvent développé le « réflexe internet ». Nous utilisons volontiers cet outil lors de nos préparations de cours et nous consultons aussi Wikipédia. Cela nous arrive même parfois en classe, face à une question imprévue, de faire une brève recherche pendant notre cours. Les élèves nous y invitent même parfois !

Ce qui nous sépare de nos élèves, c’est que nous avons, pour la plupart, connu un autre temps et que nous avons acquis des réflexes de recherche en voyant peu à peu grandir internet. Ainsi, nous savons « trier et hiérarchiser » l’information. Cela signifie que nous sommes a priori capables de juger de la pertinence d’une information (grâce à nos connaissances préalables) et de la légitimité de son auteur.

Il faut donc apprendre à nos élèves à utiliser internet comme nous avons appris à utiliser les livres, mais différemment… En effet, on ne lit pas de la même manière quand on est face à un écran. La lecture est rarement linéaire, elle se fait au contraire transversale. Elle passe d’une colonne de la page à une autre. Notre attention est portée vers les liens hypertextes, que nous percevons comme des mots-clés et nous cliquons puis cliquons encore. La lecture sur internet se fait donc en trois étapes : d’abord nous balayons la page à la recherche de mots-clés, puis nous effectuons une lecture transversale et rapide, enfin nous lisons de manière linéaire et attentive pour sélectionner une information.

En 2012, le web et l’Education Nationale s’emballent. Un professeur, dont on taira le nom pour ne pas lui faire de publicité, a « pourri internet » pour reprendre ses mots. Cet enseignant d’un lycée parisien a rédigé un article erroné sur Wikipédia et a déposé des commentaires de textes farfelus sur des sites qui ont pour but de fournir aux élèves des corrigés payants. Son but était de montrer que ses élèves n’avaient pas la maturité nécessaire pour utiliser internet dans un cadre scolaire. Il déplore, en effet, le manque d’esprit critique des élèves face à ce qu’ils trouvent sur internet. Il blâma ensuite le fonctionnement de Wikipédia et le manque de légitimité du site. Enfin, il conclut que les élèves n’étaient pas des chercheurs et qu’ils ne pouvaient pas l’être.

Pour ma part, cette expérience ne m’a pas particulièrement ému. D’abord, cet enseignant n’a fait qu’enfoncer des portes ouvertes. Nous savons que les élèves pillent Wikipédia pour remplir leurs devoirs et que tout anonyme, aussi inculte soit-il, peut devenir un rédacteur de l’encyclopédie. Et alors ? Seuls les universitaires seraient autorisés à diffuser le savoir ? Ensuite, qu’a réellement montré cet enseignant ? En quoi son action était-elle pédagogique ? Je veux dire par là « formatrice ». Qu’a-t-il appris à ses élèves ?

Certes, les élèves utilisent mal internet… Et c’est bien à nous, enseignants, que revient la tâche difficile de leur procurer un apprentissage en la matière…

Je préfère donc mettre ici en lumière le travail d’un autre enseignant : Laurent Jauquier, le créateur du site wikimini.org. Ce professeur suisse a mis en place un wiki destiné aux enfants et écrit par des enfants. Il a développé ce projet car il s’était aperçu que Wikipédia proposait des articles dont le contenu n’était pas adapté au niveau des élèves. C’est d’ailleurs parce qu’ils ne les comprennent pas que les élèves copient-collent ces articles sans les lire. De plus, il pensait, et je le rejoins sur ce point également, que l’intérêt d’une encyclopédie collaborative pour les élèves ne réside pas tant dans sa consultation que dans son élaboration. Sur Wikimini donc, ce sont les enfants qui rédigent les articles. Les adultes se contentent d’aider, de trier, de corriger l’orthographe… Les enfants s’investissent aussi dans la modération du site. Ils signalent les articles plagiés aux adultes qui les retirent après vérification. Un internet responsable émerge et se construit, bien que tout ne soit pas parfait.

L’intérêt de la rédaction d’articles par des élèves sur un wiki est qu’ils découvrent les coulisses des encyclopédies collaboratives. Ils ignorent en effet que ces articles proposent une page « discussion » sur laquelle apparaissent parfois de vrais débats entre les rédacteurs d’un même article. Sur cette page, ceux-ci expriment d’éventuels désaccords et s’opposent des sources que l’on peut consulter pour se faire sa propre opinion. Wikimini offre également cette possibilité de débattre et discuter du sujet de l’article entre contributeurs.

Il existe d’autres encyclopédies collaboratives destinés aux collégiens. On peut par exemple citer Vikidia.org. Cette encyclopédie fonctionne exactement comme sa grande sœur Wikipédia. Des élèves y rédigent des articles. Cependant, on peut regretter que nombre d’articles soient en fait rédigés pour les élèves par des enseignants ou des adultes. Son intérêt relève donc davantage de la consultation. Les élèves y trouveront une information claire et adaptée à leur niveau. Le fonctionnement du site, sans être trop complexe, l’est déjà suffisamment pour dérouter les élèves qui maîtrisent mal ou peu l’outil informatique.

On pourrait avoir l’idée de construire un wiki interne à l’établissement. Ce projet collaboratif donnerait sens aux activités liées à la recherche documentaire dans l’établissement. Il favoriserait l’interdisciplinarité et valoriserait le travail des élèves. Des générations successives consulteraient et enrichiraient le travail de leurs prédécesseurs. Ils toucheraient du doigt ce qu’est l’essence de la recherche et de la transmission du savoir. Une telle démarche met en lumière le potentiel humaniste des wikis, qui s’élaborent avec pour principes fondamentaux la solidarité et le partage, loin de la mise en compétition des élèves et de l’individualiste revendication des droits d’auteur. Moodle, E.N.T. sous licence libre, offre cette possibilité. Son installation sur un serveur, en local ou non, est par ailleurs relativement aisée.

Enseignez la recherche documentaire

La recherche documentaire pas à pas

Le problème du copier-coller

Publiez les exposés des élèves