Séquence Les Fourberies de Scapin

10,00 

Cette séquence pédagogique complète pour les élèves de 5ème s’inscrit dans le cadre de l’étude d’une œuvre intégrale : Les Fourberies de Scapin de Molière. Elle s’appuie notamment sur des lectures analytiques qui permettent aux collégiens de s’approprier les différents types de procédés comiques.

23 documents fournis au format .pdf : plan de séquence, textes, lectures analytiques, cours, évaluations, exercices et corrigés.

Les fiches sont triées dans deux dossiers, un pour les élèves, l’autre pour l’enseignant.

Catégorie :

En classe de 5ème, dans le cadre de l’objet d’étude « Avec autrui : familles, amis, réseaux », le programme de Français recommande l’étude d’une comédie classique du XVIIe siècle. On peut donc proposer aux élèves de découvrir en lecture intégrale une pièce de théâtre de Molière. Les Fourberies de Scapin permettent d’aborder la relation maître-valet dans la comédie. La pièce propose aussi une mise en scène comique des rapports pères-fils. À la lecture des textes, vous pourrez donc compléter cette séquence en exploitant les réflexions éventuelles des élèves sur le mensonge, le secret, la tromperie, le mariage arrangé…

1. Découvrir les différents procédés comiques

La séquence pédagogique s’articule autour de 4 lectures analytiques des scènes suivantes :

  • Acte I, scène 1
  • Acte II, scène 7
  • Acte III, scène 2 (dite scène du sac)
  • Acte III, scène 3

Au fil des séances, les élèves apprennent à dire ce que ressentent les personnages et à justifier leur propos en citant le texte. Ils mobilisent à la fois les indices donnés par les didascalies et les répliques.

Les différentes activités les conduisent à interroger la dimension comique de chaque scène et à découvrir différents procédés qui visent à provoquer le rire du spectateur. Ainsi, les élèves identifient les comiques de gestes, de mots, de caractères mais aussi de situation, notamment le quiproquo.

2. Étude de la langue : les temps composés

On profite de cette séquence pour présenter aux élèves les différents temps composés de l’indicatif. Ce choix se justifie par le fait que le passé composé est davantage utilisé à l’oral que dans les textes narratifs.

Par la même occasion, les élèves révisent les règles de l’accord du participe passé avec les auxiliaires « être » et « avoir ».

On s’appuie sur une fiche mémo puis sur des exercices d’identification, de transformation et de manipulation.

3. Travailler l’oral : jouer une scène de théâtre

L’enseignant propose également aux élèves de jouer une scène précédemment étudiée en classe.

Selon le niveau des élèves, on peut constituer différents binômes qui se relaient pour jouer la scène dans son intégralité.

En binômes ou en groupes, grâce à une fiche qui guide leur réflexion, les élèves sont invités à élaborer une mise en scène.

Ils doivent s’appuyer sur l’étude du texte pour justifier leurs choix de décors, de costumes et de gestes. Ils doivent aussi s’interroger sur la manière de transmettre les émotions des personnages au public (mimiques, ton de la voix…).

4. Deux évaluations sommatives

La lecture est évaluée grâce à l’étude de la scène 3 de l’acte II. Les élèves doivent repérer des éléments explicites, mobiliser leurs connaissances sur les procédés comiques mais aussi relever un champ lexical. Par ailleurs, ils sont invités à commenter une illustration en s’appuyant sur le texte. Le corrigé est fourni à l’enseignant.

Enfin, un travail d’expression écrite invite les élèves à écrire un texte narratif en utilisant des procédés comiques. Ils doivent créer une péripétie en respectant le caractère de Géronte. Un barème d’évaluation est fourni.

Vous aimerez peut-être aussi…